Réflexion sur la restauration patrimoniale de la maison paysanne

Nous entretenons un rapport singulier avec la maison de pays. Nous dissimulons l’inconfort en évoquant le charme de l'ancien et réalisons des travaux qui en dénaturent l'architecture.

Maison de campagne, maison de famille, habitation principale

Que ce soit en Bourgogne, dans le Bugey, le haut Beaujolais ou la Bresse, l’habitat rural de notre région continue de vivre d’importantes mutations. Autrefois maison paysanne, habitat de vie simple et rude, aujourd’hui maison secondaire, gite ou maison d’hôte mais aussi, de manière plus marquée depuis quelques années, habitation principale pour néo ruraux effectuant un retour à la campagne ou pour résidents européens attirés par une idée du "french way of style".
Quoi qu'il en soit, l'habitat de pays reste un formidable levier de développement de la ruralité, tant en matière d'habitat dispersé en harmonie avec le paysage que dans les cœur de village tellement désertés aujourd'hui.
⇒ Dans notre Atelier, nous pensons qu'avant de construire, il est de la responsabilité des politiques communales d'inciter à la rénovation du bâti existant plutôt que de multiplier les lots à bâtir qui ne sont qu'enlaidissement et profit de court terme au service d'un individualisme qui aboutie à l'anarchie architecturale et à la diminution des surfaces agricoles ou naturelles.

René Fontaine, Architecte DPLG | Guide de la Restauration des Maisons Anciennes (Bâtirama): "Certes, il ne faut pas voir uniquement les erreurs commises et reconnaître les efforts intéressants, les réussites certaines, mais hélas peu nombreux. Si nous ne nous mettons pas à la tâche avec toute notre volonté, avec, si j'ose dire, un véritable amour des vieilles pierres, notre pays sera d'ici peu méconnaissable, et en fin de compte une banalité envahissante nous enlèvera toute joie de vivre, car l'on vit autant de beauté que de pain."

 

Vers un renouveau de la maison ancienne

Le rapport que nous entretenons avec les maisons de nos aïeux évolue. Il existe désormais, c’est une bonne chose, une tendance vers plus d’attention à l’aspect patrimonial de ces maisons. Les propriétaires ou nouveaux acquéreurs d’une maison ancienne deviennent plus avertis, plus désireux de conserver son caractère et de respecter les exigences particulières d'une maçonnerie en pierre ou en pisé

Je constate même, depuis quelques temps, une défiance croissante entre ces personnes et le monde du bâtiment, figé comme il est sur ses habitudes. Heureusement, des associations telle que Maisons Paysannes de France, des artisans spécialisés, des centres de formation, contribuent à faire évoluer les pratiques et la recherche sur les modes de rénovation ou de restauration du bâti ancien.

Demeure ancienne en Bourgogne

 

Entre conservation et contemporanéité de la maison paysanne

⇒ Comment conserver l’aspect patrimonial d’une maison ancienne alors que le mode d’habiter n’est pas comparable avec celui de nos aïeux?

Il ne nous semble pas paradoxal de restaurer dans l’esprit d’autrefois et d’apporter une ergonomie contemporaine à l’habitat. La maison ancienne doit absolument être pensée au futur car elle offre des réponses pertinentes au défi social, environnemental et climatique de notre époque: cohésion sociale, impact environnemental inférieur à la construction, robustesse et sobriété énergétique du modèle.
Pour répondre à la demande légitime de confort et dépasser amplement les standards de l'habitat neuf, la réhabilitation doit être confiée à des concepteurs ou à des artisans formés et aptes à: 

  • solutionner les problèmes courants d'humidité dans le bâti ancien,
  • décrypter et solutionner les pathologies structurelles courantes,
  • élaborer un diagnostic de faisabilité globale d'une réhabilitation,
  • concevoir une stratégie thermique adaptée aux nouveaux usages et à la physique d'une maison ancienne,
  • élaborer une cartographie fonctionnelle et énergétique cohérente, souple et adaptée à des usages qui peuvent évoluer,
  • mettre en œuvre une culture architecturale globale emprunte d'observation et de discrétion élégante à l'extérieur mais pouvant être plus libre et aventureuse à l'intérieur. La valeur paysagère et architecturale du bâti doit être respectée ou renforcée.
  • Intervenir sur l'enveloppe extérieur d'une maison ancienne sans la dénaturer.
Du simple conseil à la mission de maîtrise d'œuvre, notre atelier est spécialisé dans la réhabilitation respectueuse et innovante du bâti ancien.

 

L'ennemi c'est le pastiche, le faux vieux !

Le faux vieux, l’aspect « rustique » est un mal d’ordre culturel très répandu. Véritable "tue l’amour" pour la maison ancienne. Rien de pire, à nos yeux, que ces formes de pastiche: imiter la pierre avec du béton, les petits carreaux sur les fenêtres pour faire ancien, les poutres travaillées à coup de serpe pour faire vieux plancher, la roue du grand père avec des pots de fleur…
Tous ces artifices ne trompent pas l’oeil. Ils ne font pas apparaitre l’ancien sur un enduit du commerce!
En revanche, vous pourrez jouer de subtiles récupérations: les pierres provenant d'une démolition, du pisé recyclé pour teindre les enduits à la chaux naturelle ou restaurer une façade en terre, d'anciennes tuiles canal en terre cuite réutilisées en face vue pour les toitures bressanes ou de la Loire (tuiles inférieures neuves pour étanchéité et drainage des eaux pluviales), vieux bois et portes anciennes… voire des planches de palettes en résineux réutilisées en habillage intérieur sous rampant de toiture.

 

Architecture paysanne et contemporaine, une même culture?

L’idée pourrait apparaitre, au premier abord, saugrenue. Pourtant des rapprochements peuvent être posés entre l'esthétique brute d’une maison ancienne et le dépouillement prôné par certaines écoles architecturales contemporaines.

Grange ancienne en pisé

 

Less is more

Les conditions et la rude vie de la campagne avant l’ère industrielle généraient des formes architecturales simples, en relation directe avec le travail, les ressources locales et l’environnement. Il en résultait une économie de moyen, une acceptation des conditions de vie et des formes pures dictées par des contingences fonctionnelles et matérielles.

Des mouvements modernes de l’architecture, avec à leur tête Mies van der Rohe, ont conceptualisé l’idée de « less is more ». Celle-ci se caractérise par une recherche anti académique tendant à se dégager de la forme esthétique afin, selon cette tendance, de mieux révéler les mouvements aléatoires du monde. Etait-ce une idée si nouvelle? L’architecture vernaculaire, parce qu’elle entend d’attachement à un terroir limité est, bien évidemment, à l’opposé de l’idée internationale développée par le mouvement Moderne.
Toutefois, avec un brin de provocation, nous apprécions faire des rapprochements entre les mouvements minimalistes de l'architecture moderne et la forme architecturale rude et simple des campagnes rurales pré industrielles.

Ces puissantes caractéristiques minimalistes se retrouvent aussi dans le travail d’architectes tels que le suisse Peter Zumthor. Son oeuvre explore parfaitement les qualités sensorielles de matériaux peu transformés: le bois, le béton laissé brut.
L’espace est monacale mais riche en sensation. La nature se retrouve jusque dans son interprétation des bétons imprimés par de troncs d'arbre entiers (chapelle de Wachendorf). Les matériaux prennent une puissance évocatrice qui ne laisse pas indifférent, comme la puissance brute d'un mur épais en pierre ou en terre crue ne laisse pas indifférent.

Chapelle Bruder Klaus de Peter Zumthor

 IllustrationBruder Klaus Kapelle de l'Architecte Peter Zumthor

Des matériaux intemporels…

Les matériaux pauvres, les matériaux les moins transformés, sont généralement les matériaux les plus riches en évocations sensorielles - Less is more - Le moins fait le plus.
Ces matériaux entretiennent un véritable lien avec le bâtisseur mais aussi avec les personnes qui vivent entourés par leur présence. Ces matériaux ont une capacité à se charger de nos existences et à interagir avec elles. Ils se reflètent en nous comme nous nous reflétons en eux. Ils conservent nos mémoires, profondément.
Ainsi en est il de certaines maisons qui paraissent encore imprégnées, habitées par ses habitants après leur départ ou disparition.

Le temps ne dégrade pas les matériaux pauvres. Ils les bonifie. Cet aspect est visible, par exemple, sur un escalier en chêne, un enduit extérieur à la chaux, un ouvrage en pierre chargé de mémoire. Ces matériaux issus du bâti ancien sont intemporels. Ils ne sont pas forcément en contradiction avec l’expression d’une architecture contemporaine n’ayant pas peur d’user de matériaux authentiques, pauvres, bruts et puissants.

Détail menuiserie maison ancienne

 

… et des matériaux désincarnés

Au contraire, les matériaux issus de la chimie ou de l’industrie sont figés dans le temps, globalisants et neutres. Peu porteurs de rêve ils ne racontent pas d’histoire. Soumis au diktat de la mode et du marketing, ils sont polluants, généralement couteux et temporellement condamnés. Ils ne participent pas à une culture architecturale. Ils sont le produit de la consommation.

 

La maison et les rêves, écrivez votre histoire

Nous avons tous une histoire avec une maison ancienne. Peut être, avant d’envisager des travaux, faut-il se la remémorer. Faire revivre en nous des odeurs, des sonorités, la magie d’une lumière ou le goût d’un plat lointain (merci Mimi Thorisson) contribuera à nous mettre dans une disposition d’accueil plus favorable à la poésie des anciennes bâtisses. Less is more - Se dépouiller des clichés de notre époque pour s’enrichir des fascinants souvenirs des maisons de notre enfance.

 

Votre histoire avec une maison ancienne

Contez l'histoire qui vous unie avec une maison ancienne et adressez nous là par mail: histoire d'enfance, histoire actuelle... maison imaginaire ou réelle. Nous publierons les plus belles évocations.


Posté par Pierrick le 27/12/2019 Catégorie : Bâti ancien

Nous contacter

Merci de privilégier le mail (en pied de page) en indiquant vos nom, prénom, téléphone, une description brève de votre projet ainsi que sa localisation.
Nous vous contacterons dans les meilleurs délais.

Contactez-nous !
Qui sommes-nous?

Pierrick Chevillotte

Architecte d'Intérieur, diplômé de l’Ecole CAMONDO en 1997 et gérant de l'Atelier Chevillotte depuis 2002, nous avons commencé notre activité à Dijon.

Notre Atelier a trouvé sa vocation en élisant domicile entre Bresse et Dombes, terre de pisé. La découverte de ce matériau renversa nos connaissances, notre manière de travailler, nos motivations. Notre activité est désormais intégralement dédiée à la maison ancienne et à la réduction énergétique dans l'habitat.

Depuis 2018, nous reversons 1% de notre chiffre d'affaire à des associations environnementales via le réseau 1% For The Planet.

Nous sommes assurés par la Mutuelle des Architectes Français.

Découvrez nos domaines d'expertises

Découvrez nos projets du moments

Notre expertise

Notre expertise repose sur une pratique exigeante de la conception architecturale et sur la réalisation de nombreux chantiers depuis 2002.
Passionné, nous approfondissons notre expérience à travers de nombreux domaines connexes à notre profession.

Rénovation écologique

Observer, comprendre, bâtir une qualité durable sans idéologie

Humidité

Résoudre simplement les problèmes d'humidité dans l'habitat

Pisé | terre crue

Restaurer les qualités d'un matériau au moyen de pratiques adaptées

Design énergétique®

Approche non conventionnelle de l'énergétique à la suite de Pascal Lenormand

Isolation thermique

Conception adaptée, prise en compte du confort d'été, contrôle de la mise en œuvre

Architecture

Une culture architecturale profondément ancrée et affirmée dans l'acte de rénovation


Articles

Cette section, régulièrement enrichie, regroupe des articles de vulgarisation sur la maison ancienne, leur restauration, la thermique, l'énergétique, la rénovation écologique ainsi que l'actualité de l'Atelier Chevillotte